Verger de permaculture

à l'Université de Sherbrooke

Cultiver un verger selon les principes de permaculture afin de bonifier le milieu de vie de la communauté de l'Université de Sherbrooke.

Le partenariat

En 2014, 45 pommiers ont été plantés entre les résidences E2 et E3. Les pommiers proviennent d’une pépinière écologique spécialisée dans la préservation d’espèces patrimoniales du Québec adaptées au climat nordique. Le choix des plantes a tenu compte des questions de rusticité, de résistance aux maladies et de facilité d'entretien. Depuis 2019, le Réseau d'espaces verts éducatif et nourricier (REVE nourricier) y implante une forêt nourricière, en cultivant des espèces rustiques comestibles de toutes sortes à travers le verger. L’Université offre l’espace, l’accessibilité aux services, effectue les travaux de sol et ouvre des opportunités à une communauté de jardiniers prêts à mettre les mains à la terre!

L'espace vert

Ce lieu est destiné au développement de modèles de forêts nourricières adaptés à notre climat. Mais qu’est-ce qu’une forêt nourricière? 
Il s'agit d'un espace où toutes les strates végétales s'imbriquent afin de générer une grande diversité de nourriture sur un espace restreint, tout en fixant un maximum de carbone dans le sol. Elle est composée de vivaces, d'arbustes et d'arbres nécessitant peu d'entretien. C'est un aménagement comestible permanent, contribuant à nourrir le sol, la faune et l'homme. En créant une forêt nourricière à partir d’un site pauvre où la diversité est minimale (telle une pelouse, dans le cas présent), nous régénérons le site en y implantant la diversité nécessaire à la création d’un écosystème productif et en santé. C’est un endroit conçu pour que tous les membres de l'écosystème puissent se régaler, du colibri à l'homme.
Depuis 2019, nous y cultivons quatre variétés de pommiers, deux variétés de pruniers, du sureau blanc, des cerisiers, quatre variétés de camerisiers, des aronies noires, des groseilles à macquereaux, des champignons comestibles, de l’ail et de la ciboulette.

Les retombées

Dans ce lieu, nous offrons des ateliers pratiques, nous effectuons des plantations avec la communauté universitaire et nous développons des partenariats afin de faire de ce lieu un espace nourricier éducatif.


— Don de mycéliums par Champignons Maison (2019);
— Don de drèche par le Siboire pour la culture de champignons (2019);
— Élaboration du plan d’aménagement avec la ferme Terre d’Abondance (2019);
— Partenariat avec le Jardin Collectif de l’UdeS pour l’entretien du verger (2021);
— Partenariat avec la Rébellion fruitière pour la greffe d’essences fruitières sur les arbres (2021);

— Formation en jardinage avec les champignons strophaires rouge vin par Entheo Jardin (2021);
— Grande plantation automnale avec un groupe de stagiaires du CRIFA (2021).

 

Illustrations par Angélie Morin | Vidéo par Fabrice Cloutier

© 2022 Réseau d'espaces verts éducatif et nourricier. 

Abonnez-vous à notre infolettre!

À bientôt!

Le Réseau d'espaces verts éducatif et nourricier est établi sur le Ndakina, territoire ancestral non-cédé des W8banaki, 

reconnus comme les gardiens de cette terre et de ces eaux. 


Notre démarche reconnaît l'histoire de ce territoire autochtone et vise à mieux comprendre notre place sur ces terres. Nous croyons que la terre fait partie de notre identité et que nous devons réviser la façon dont elle est aménagée, pour une culture plus en relation avec le vivant. Nous portons la voix d’une collectivité unie autour de la régénération du territoire, et nous visons à inclure la flore indigène dans chacun de nos aménagements, en reconnaissance à sa valeur, laquelle est portée par le savoir des Premiers Peuples.

Reconnaissance territoriale